Douane et immigration PVT Canada, NAS et banque

Lors de l’arrivée sur le sol Canadien, il y a 2 ou 3 étapes à franchir afin de pouvoir vivre l’aventure :
La douane, comme tout le monde, touristes, visiteurs, résidents…
Le service immigration, pour tous les immigrants, temporaires ou non.
Le passage du contrôle vétérinaire si vous venez avec des animaux.

Lorsqu’on arrive à l’aéroport de Montréal Eliot Trudeau, on débarque de l’avion (Air Transat dans notre cas) directement sur une passerelle (contrairement au départ de Paris où on doit prendre le bus pour rejoindre le tarmac). A l’arrivée on longe un long couloir, avec des toilettes et lavabos pour se rafraichir après un long vol.
En suivant les indications (un seul chemin en même temps) on descend un escalator, et on s’engage dans la file d’attente de la douane. Un long serpentin, un peu comme pour l’enregistrement des bagages, mais en beaucoup beaucoup plus long, qui nous amènent aux cabine des douaniers. Ces cabines ressemble un peu à une sorte de grand péage d’autoroute avec plein de cabines munie de douaniers prêts à vous accueillir.

La file d’attente est plus ou moins longue selon le nombre de vols qui arrivent en même temps. Il y a un passage prioritaire pour les handicapés, et certaines familles avec enfant le prennent aussi. Dans notre cas, sans indication spécifique, et malgré la présence de bébé, nous avons fait la queue comme tout le monde. En 10 minutes pour nous, nous étions arrivés à la douane.

On se présente en famille, avec passeport et fiche de renseignements préalablement remplie (1 fiche par famille) qui nous avait été remise dans l’avion. Il y en a cependant à disposition devant les cabines de douane.

Sur ces fiches on doit déclarer tout ce qu’on apporte au canada qui serait demandé sur la fiche (animaux, armes, grosses sommes d’argent, alimentation (y compris pour les bébés (dans notre cas des pots pour bébés mais pas de contrôle et pas de taxe spécifique)) etc.). Nous sommes venus avec nos chats, mais par erreur nous avons omis de le spécifier sur la fiche (un peu fatigués par le vol etc.), mais sur le moment le douanier n’a rien dit, et nous a demandé l’objet de notre visite. S’agissant d’un PVT nous avons donc été invités à prendre la direction du service immigration (à gauche après les postes de douane, à l’opposé des voyageurs en transit ou touristes, qui eux vont directement aux bagages après le tampon dans le passeport).

En entrant dans la zone immigration, on doit prendre un ticket (façon poissonnerie du supermarché), et attendre sagement son tour. Encore une fois l’affluence doit vraiment varier selon les vols arrivant au moment où vous débarquez. Un afficheur au dessus des guichets des douaniers de l’immigration indique à quel numéro on en est.
Quand un guichet se libère, le douanier appelle le numéro suivant. Il ne faut pas rater l’appel, sinon il faut reprendre un ticket et repartir pour un tour ! Le rythme de passage est vraiment variable, il faut être attentif.
Nous avions eu le ticket No 145 et le compteur en était au No 129, nous avons du patienter 25 minutes environ pour accéder au guichet. Il y a des sièges et une grande salle d’attente pour patienter, ainsi que des toilettes et 2 fontaines à eau.

La personne nous reçoit et nous annonce que l’informatique est en panne, et qu’il ne sera donc pas possible d’obtenir notre PVT aujourd’hui ! Notre passeport sera tout de même tamponné, et les papiers devront nous être envoyés par la poste. Il faut donc donner une adresse postale où nous pourrons recevoir les papiers officiels. Nous avons également spécifié à ce moment là que nous venions avec 2 chats qui nous attendaient sur le tapis à bagage dédié aux animaux et objets fragiles.

Le permis de travail est donc déjà validé, puisque nous avons eu le PVT, mais la lettre officielle qui permet de faire les démarches ne nous est pas remise. Ceci est un point blocant, car nous ne pouvons pas avoir notre numero NAS (sécurité sociale), et donc, nous ne pouvons pas travailler, ouvrir un compte ou faire les démarches administratives.

La douanière a bien indiqué à la main sous le tampon de l’immigration notre numéro de permis dans le passeport, mais ceci ne sert à rien pour démarrer les démarches. Nous sommes allés au bureau « Service Canada » en centre ville, qui délivre le numéro NAS pour confirmer, et en effet, on ne peut pas avoir la carte de sécurité sociale avec le seul tampon du passeport. Ceci principalement dû au fait que le numéro de permis effectivement émis lors de l’impression peut différer du numéro de permis obtenu lors de la validation du PVT…

Nous allons donc en suivant récupérer nos bagages sur les tapis. Comme prévu, les valisent et sacs arrivent sur le tapis roulant, et les 2 caisses de chats, la poussette et le lit parapluie du bébé nous attendaient à côté du dernier tapis, au fond de la zone de récupération des bagages. Nous prenons la direction de la sortie, mais comme nous avons des animaux, on nous fait tourner dans un secteur dédié des services douaniers pour le contrôle « vétérinaire » des animaux.

Nous passons un autre serpentin, mais totalement vide cette fois, et arrivons au bureau de contrôle avec notre montagne de bagage et les chats :). Le douanier demande à ce que l’on présente les passeports des animaux, ainsi que les certificats de vaccination de chaque animal (la rage essentiellement), après vérification, et coucou aux animaux encore un peu dans le paté à cause du calmant, il nous fait remarquer que nous n’avons pas déclaré les animaux sur la fiche d’information d’immigration, et que la case concernée n’est pas cochée !! Heureusement, nous avions déclaré les chats au service immigration, et la douanière avait ajouté au stylo sur la fiche « 2 CHATS!! », c’est ce qui nous a sauvé de l’amende 😉 . Tout étant en règle, nous réglons les frais « vétérinaire » s’élevant à 38 dollars pour les 2 chats. Le douanier nous rappelle qu’il en sera ainsi à chaque passage de frontière, avec 38 dollars à payer à chaque fois.

Aujourd’hui, nous scrutons donc activement la boîte aux lettres afin de pouvoir effectuer ces démarches. La personne à l’accueil du bureau « Service Canada » nous a tout de même invité à aller dans une banque pour les démarches d’ouverture de compte, car le numéro NAS peut être envoyé plus tard afin de finaliser le dossier bancaire.

Nous sommes donc allés à la banque RBC, et aussi parce qu’on avait lu qu’ils facilitent l’ouverture de comptes aux immigrants. Nous arrivons au guichet de la RBC en demandant s’il est possible d’ouvrir un compte, et s’il faut prendre rendez-vous. La personne se renseigne et nous invite à patienter quelques instants, afin de rencontrer un conseiller.

Finalement, en moins de 15 minutes, une personne nous acceuille et nous évoquons nos besoins et la situation. Nous ouvrons donc un compte joint pour deux, avec les options qui nous conviennent. Nous déposons 500 dollars en liquide que nous avions sur nous, même si ça n’était pas requis pour l’ouverture du compte. Nous obtenons immédiatement 2 cartes de paiement temporaires immédiatement fonctionnelles, notre dossiers avec RIB etc, c’est aussi à nous de choisir le « NIP » (code PIN) de nos cartes respectives. Nous recevrons les cartes définitives par la poste sous 10 jours, qui, dès leur première utilisation désactiverons les cartes temporaires.

A cause du problème de NAS, nous n’avons pas pu obtenir de carte de crédit (équivalent à une carte à paiement différé en France), et donc, notre compte ne constitue pas aujourd’hui un historique de crédit qui serait nécessaire si un jour nous voulions acheter un bien immobilier, mais c’est une autre histoire. En gros, pour avoir une carte de crédit, il faut votre numéro NAS, un job dans le pays, et que le salaire soit directement versé sur votre comptes. Le PVT est pour nous d’abord 15 jours de congés et d’installation, et ensuite on se penchera sur le problème du job !

voilà voilà pour les informations administratives du début ! En tout cas, l’efficacité Canadienne est aussi ressentie à la banque, arrivés à l’improviste, et ressortir 45 minutes après avec votre compte et 1 carte bancaire chacun, mission accomplie 🙂

Cette entrée a été publiée dans Efficacité canadienne, Paperasse, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Douane et immigration PVT Canada, NAS et banque

  1. Scrap'Inès dit :

    Super intéressant tout ça, je pense que ça me resservira si effectivement j’ai là chance de partir aussi l’année prochaine. J’espère que le voyage et les premières démarches n’ont pas été trop éprouvants… Profitez bien de vos vacances !

    Inès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *